dimanche 11 septembre 2016

15 ans

Il y a peu de dates pour lesquelles on se rappelle, des années après, ce qu'on faisait à ce moment-là. Il s'agit soit d'évènements joyeux, soit d'évènements tragiques, il n'y a pas de demi-mesure. Le 11 septembre fait malheureusement partie de la deuxième catégorie.





Il y a 15 ans, j'avais 16 ans. En septembre 2001, je venais de rentrer en Première. Je commençais tout juste à faire connaissance avec les personnes qui allaient m'accompagner tout au long de l'année scolaire. Parmi elles, il y avait Mark, un américain de Chicago venu passer une année en France dans le cadre des programmes d'échanges de mon lycée. Il était sympa Mark. Son nom de famille nous faisait penser à une célèbre marque de céréales pour le petit déjeuner, son français était approximatif, il parlait parfois en yaourt, il ne comprenait pas comment on pouvait faire pour passer une après-midi entière à table lors des repas de famille, il adorait se moquer du "funny accent" de notre prof d'anglais. Bref, dès le départ, ce type a fait l'unanimité. Mais ce qu'on ne savait pas c'est que, quelques jours après la rentrée, nous allions tous nous sentir extrêmement proches de lui, lui qui allait prendre connaissance d'un drame touchant son pays alors qu'il serait à des milliers de kilomètres de chez lui, loin de ses proches.  

Aujourd'hui, dès qu'une catastrophe arrive, on le sait tout de suite. La force d'Internet, des réseaux sociaux, de l'actualité en continu, fait qu'on sait tout, tout de suite. Il y a 15 ans, les réseaux sociaux n'existaient pas, les téléphones n'étaient pas "smart" et ne servaient qu'à téléphoner. Je ne sais plus vraiment comment, mais, au cours de cette journée du 11 septembre 2001, un bruit a commencé à circuler dans les couloirs du lycée. Ça n'était qu'un murmure. Il se passait quelque chose de grave, mais on ne savait pas quoi. On s'est retrouvé en cours d'anglais et, pour en savoir plus sur ce qui se murmurait, on a demandé à notre prof d'allumer la télé. Les chaines avaient stoppé leurs programmes pour des éditions spéciales et j'ai vu, pour la première fois, ces images qui ont fait le tour du monde : une tour du World Trade Center en feu et un avion qui venait percuter la seconde. Je n'ai pas pu m'empêcher de tourner la tête vers Mark, il regardait la télé avec un air hagard. Mais, en faisant le tour de la classe, je me suis rendue compte qu'on avait tous le même regard. On ne comprenait pas ce qu'il se passait. 

Dans le car qui me ramenait chez moi en fin de journée, on ne parlait que de ça. Les élèves de mon lycée et des deux collèges de la ville étaient tous dans le même état d'incompréhension. J'ai passé la porte de la maison, mon père était devant la télé, ma mère venait de rentrer. Mes parents ont toujours su, dès mon plus jeune âge, m'expliquer les choses et décrypter les images qu'on pouvait voir à la télé. Alors j'ai regardé mon père et je lui ai demandé ce qu'il se passait, mais cette fois-là, il m'a répondu : "je ne sais pas". 

Dans les jours qui ont suivi, on a revu ces images un nombre incalculable de fois. Depuis 15 ans, on a revu ces images un nombre incalculable de fois. Pour autant, à chaque fois que je les revois, mon cœur se serre. 15 ans se sont écoulés mais j'ai toujours l'impression que c'était hier. 
.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envie de me laisser un petit mot ?