lundi 19 septembre 2016

Joyeuse trentenaire

Si tu me suivais avant la naissance de ce blog, tu le sais peut-être, mais, en 2015, j'ai atteint le cap fatidique des 30 ans. Quand j'étais gamine, je trouvais que 30 ans c'était drôlement vieux. Je suis donc une vieille. Oh, mais ne n'inquiète pas, je le vis plutôt bien. Question passage de dizaine, on en fait toujours des caisses : crise de la trentaine, de la quarantaine, de la cinquantaine... Bref, à chaque passage de dizaine, le cadeau d'anniversaire idéal semble être une boite de Prozac tellement la dépression est susceptible de te guetter. Et bien, je vais te dire une bonne chose : avoir 30 ans c'est plutôt cool.



Avoir 20 ans, c'était vachement bien, mais, avoir 30 ans, c'est encore mieux. A 20 ans, j'étais étudiante, c'était la belle vie mais j'étais fauchée comme les blés et mon degré de confiance en moi était proche du niveau de la mer (et je ne te parle même pas de l'estime que je pouvais avoir de moi-même). A 30 ans, je travaille, c'est la fin de l’insouciance, mais je me sens mieux dans ma peau et, d'un point de vue matériel, la vie est plus facile car je m'assume financièrement (parce que vivre d'amour et d'eau fraiche c'est bien sympa mais ça n'est sympa qu'un temps... oui, je sais, je suis extrêmement terre-à-terre comme nana ^^).

A 30 ans, je suis installée dans la vie, tant d'un point de vue personnel que professionnel. Bon, d'un point de vue personnel, tout n'est pas parfait, il y a 2-3 trucs qui merdent encore, certaines choses sont à améliorer mais d'un point de vue général ça n'est pas trop mal. J'ai franchi le cap de l'accession à la propriété et je vis dans un appart que j'ai décoré moi-même, un appart que j'aime et dans lequel je me sens bien. Ma vie sociale est plutôt bien remplie, j'ai moins de potes qu'avant mais j'ai plus d'amis (plus le temps passe, plus tu apprends à faire le tri). D'un point de vue professionnel, 30 ans c'est le début de la période au cours de laquelle tu es au top, tu n'es plus un débutant mais tu n'es pas encore un senior. Mais le point essentiel dans tout ça, c'est qu'à 30 ans je me sens beaucoup mieux dans mes baskets qu'à 20 ans. En 10 ans, ta personnalité s'affirme et tu prends confiance en toi. En 10 ans, tu as eu le temps de te chercher et de commencer à te trouver. En 10 ans, tu as eu le temps de te prendre quelques claques dans la figure qui t'ont fait avancer et grandir. Et, une fois tout ça mis bout à bout, je peux te dire que la trentaine c'est plutôt cool. 

De toute façon, je suis persuadée que chaque âge a ses avantages et ses inconvénients et il est bien plus judicieux de se concentrer sur les avantages, ça rend la vie meilleure (oui, "se concentrer sur les avantages, ça rend la vie meilleure", c'est mon nouveau mantra...). Passer son temps à se lamenter sur le temps qui passe c'est perdre son temps (oui, tu peux la noter celle-là). Le temps qui passe ne m'angoisse pas le moins du monde. Bon, c'est sûr qu'à mon âge on ne ressent pas forcément cette angoisse. Techniquement, d'un point de vue mathématique, il me reste encore pas mal d'années à vivre. Je peux comprendre qu'une fois la quarantaine ou la cinquantaine passée, l'angoisse soit plus présente. Pour autant, certains ont peur de vieillir dès leur plus jeune âge. Je ne juge pas, chacun a ses peurs et ses angoisses, mais je trouve ça dingue quand même. Vieillir est inévitable, tant que personne n'aura trouvé la recette de la potion de jouvence ou de l'élixir de longue vie, on aura du mal à l'éviter, alors autant se faire une raison. Vieillir n'a rien négatif en soi, tant qu'on vieilli bien. Dans le fond, vieillir ne m'angoisse pas, c'est mal vieillir qui me fait peur. 

Et puis, l'âge c'est dans la tête. C'est bateau comme phrase et pourtant c'est tellement vrai. Certaines personnes sont déjà vieilles à 20 ans et d'autres sont toujours jeunes à 70 ans. Dès qu'on aborde ce sujet, je pense tout de suite à mes parents. Je suis une enfant qui a été désirée et attendue... longtemps attendue. Résultat, mes parents avaient autour de la quarantaine quand j'ai pointé le bout de mon nez. Quand j'étais à l'école, au collège, au lycée, mes parents étaient toujours plus vieux que ceux de mes potes. Pour autant, on pouvait se demander si c'était vraiment le cas. Attention, je n'ai pas dit que mes parents étaient des ados attardés, pas du tout. Ce sont juste des personnes qui sont su évoluer et vivre avec leur temps et qui vieillissent plutôt pas mal. Bien évidemment, ça ne les a pas empêché d'avoir des réactions de vieux cons parfois, faut pas déconner, personne n'est parfait. Mais, dans l'ensemble, je les ai toujours trouvé jeunes, je ne les échangerai pour rien au monde, et je ne souhaite qu'une chose : vieillir comme eux.

Tout ça pour dire que... pour dire quoi au juste ? Parce qu'au final, j'ai l'impression d'être partie dans tous les sens... comme d'habitude. Ce que je voulais dire au final c'est qu'il faut savoir profiter de chaque moment de la vie sans regretter le passé, vieillir ça a parfois du bon ;-)   
.
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Encore une fois, je suis complètement d'accord avec toi ! J'ai d'ailleurs un article dans mes brouillons depuis plusieurs mois qui ressemble énormément au tien. Il faudrait peut-être que je me décide à le terminer et le publier, d'ailleurs ;) Chaque âge a ses plaisirs et il faut savoir en profiter plutôt que de se lamenter ou de vivre de regrets !

    RépondreSupprimer

Envie de me laisser un petit mot ?