jeudi 13 octobre 2016

Les réseaux sociaux, fossoyeurs de confiance en soi ?

Qui pouvait se douter, à l'arrivée de Facebook, que les réseaux sociaux prendraient une telle ampleur ? Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat ont envahi nos vies, sans compter que le monde professionnel n'échappe pas à la tendance avec LinkedIn ou Viadeo. Qui ne passe pas plusieurs minutes par jour les yeux vissés sur son téléphone à remonter les divers fils d'actualité ? Dans une salle d'attente, à l'arrêt de bus, dans les transports en commun, en attendant quelqu'un, nous avons quasiment tous pris l'habitude de checker les réseaux sociaux histoire de faire passer plus rapidement un moment d'attente. Pas plus tard qu'il y a quelques heures, j'ai entendu une fille s'offusquer car une autre ne connaissait pas Snapchat.... comme dirait Débilla Nabilla, "nan mais allo"...




Bien sûr, il existe quelques irréductibles qui ont su résister à cette invasion. Ils restent néanmoins assez rares. Je ne vais pas compter là-dedans les gens qui savent à peine ce que c'est, genre mon papa. Lui, tout ça le dépasse, s'il a compris ce que c'était à peu près, il n'en voit pas l'intérêt, question de génération. Mais quand je jette un coup d’œil aux ados (oui c'est la minute vieille) je me rends compte qu'ils ont tous leurs téléphones greffés à la main. Je me dis alors que plus le temps passera moins il y aura d'irréductibles.

Si tu me demandais mon avis sur les réseaux sociaux, je te dirais en premier que je trouve ça génial. J'ai retrouvé un nombre incalculable de copains d'école primaire/collège/lycée que j'aurais définitivement perdus de vue sans Facebook. J'ai rencontré des gens formidables grâce à Twitter (coucou Dorine❤️). J'ai découvert des trucs géniaux grâce à Instagram. Bref, les réseaux sociaux, dans l'ensemble, ça n'est pour moi que du positif... mais il faut qu'ils soient utilisés à bon escient.

Quand Facebook a débarqué chez nous, j'étais en dernière année de fac. Quand je me suis mise à Twitter et Instagram, j'étais une jeune active. Dans tous les cas, je n'étais pas une ado un peu naïve. J'avais tout le recul nécessaire (enfin normalement) à une bonne appréhension de ce que je pouvais trouver sur les réseaux sociaux. Parce que, les réseaux sociaux, ça a beau être quelque chose de très chouette, il faut cependant savoir en prendre et en laisser.

D'une manière générale, les gens nous montrent ce qu'ils ont bien envie de nous montrer. Dans la vie réelle, on se rend parfois compte qu'on ne connait pas si bien que ça les personnes qu'on fréquente, qu'on a une image d'elles un peu faussée. Le cas le plus parlant reste celui des relations professionnelles. Parfois, on s'entend plutôt bien avec nos collègues mais force est de constater qu'on ne sait d'eux que ce qu'ils veulent bien nous dire. Parfois, on tombe de haut quand on apprend certaines choses. Cette collègue avait l'air tellement heureuse et pourtant son mari la rabaissait sans cesse. Ce collègue respirait la joie de vivre alors que dans le même temps il se faisait jeter comme une merde par sa copine. Et bien, sur Internet, c'est la même chose.

Prenons le cas d'Instagram, qui reste pour moi le cas le plus parlant. Sur Instagram, tout est beau, mais quand on y réfléchit bien, qu'y-a-t-il de "vraiment vrai" là-dedans ? Sérieusement, qui a le temps de faire des belles assiettes à chaque repas, de faire du sport dans une tenue parfaitement coordonnée, de se promener dans des endroits magnifiques tous les jours et surtout qui a un intérieur parfaitement agencé et rangé en permanence... Personne... Conclusion : ça n'est pas la vraie vie.... et certains ont parfois tendance à l'oublier.

Généralement, on publie sur les réseaux sociaux ce qui nous met le plus en valeur. On partage nos réussites et rarement nos moments de lose. Quand t'as réussi tes exams, tu publieras sans hésiter un petit statut faisant part de ta réussite. Quand tu t'es planté, t'as plutôt envie de rester sous ta couette jusqu'à la fin de tes jours. Quand t'as décroché un nouveau job, t'as envie de le faire savoir. Quand tu t'es fait viré comme une merde, t'as plutôt envie de rester sous ta couette jusqu'à la fin de tes jours bis. Quand t'as réussi un plat, que tu as fait une jolie présentation, il est difficile de résister à la tentation d'en faire une petite photo. Quand tu t'es gaufré et qu'à la vue de ton plat on se demande qui a vomi, tu t'abstiendras de toute publication. Si t'as envie de montrer tes abdos à la terre entière, tu le feras plutôt au réveil quand ton ventre est le plus plat, plutôt qu'après avoir mangé quand ton ventre gonfle façon bibendum. On a envie de se mettre en valeur et de partager nos réussites et pas nos échecs. C'est juste humain.

Le problème c'est que la vue de ces réussites te renvoie parfois à tes propres échecs. Voir les instants merveilleux partagés, ça te renvoie en pleine figure les trucs qui merdent chez toi... et ça te les revoie puissance 10. T'as beau te dire que la vie que laisse entrevoir une personne sur les réseaux sociaux n'est qu'une version édulcorée de sa vie réelle, parfois tu l'oublies. On sent parfois obligé de se comparer à cette image de perfection que nous renvoie les réseaux sociaux, et on se sent juste parfois pas à la hauteur. Quand tu as le recul nécessaire pour te dire que ça n'est pas la vraie vie, ça passe, mais quand ça n'est pas le cas, ça casse. Quand tu prends tout ce qu'on te donne pour argent comptant, quand tu es encore un peu jeune pour faire la part des choses, quand tu es dans cette période où tu te cherches et où tu ne débordes pas de confiance en toi, cette perfection étalée à la face du monde peut faire mal et même très mal... voire même réduire en poussière l'estime de soi et la confiance en soi.

Voilà pourquoi, il est essentiel de savoir déconnecter et se remettre en phase avec la vraie vie. Et là, tu verras que personne n'a une vie parfaite et que tout le monde se traine des casseroles ;)

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. En effet, oui ! et en même temps, dans la "vraie' vie", on (mais qui est ce "on" ? ^^) a trop tendance à nous montrer tout ce qui foire, tout ce qui rate, ce qui ne fonctionne pas quand ce n'est pas désastreux. Les médias en font leurs choux gras ! de ces horreurs, de ces crimes, de ces guerres, de ces arnaques, de ces ratés,etc. Et pourtant, je connais aussi nombre de profils facebook qui surfent également sur tout ce qui va de travers, donc pas des profils d'ados mais bien d'adultes qui n'en finissent pas de vomir en direct live sur leur mur facebook.
    Au final, tout dépend de quel types de personnes nous nous entourons, qui nous acceptons de fréquenter, de manière virtuelle ou réelle. Et comme tu le dis très bien, oui, savoir remettre les choses à leur place, et se déconnecter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "On" est un con dont on ne dit pas le nom 😂

      C'est vrai qu'il y a aussi des gens qui mettent l'accent sur tout ce qui ne va pas... Je les avais oubliés tout simplement parce que j'ai "éliminé" ce genre de personnes de ma vie. C'est peu être dur de dire ça, mais les gens qui voient tout en noir te tirent vers le bas, et c'est le genre de personnes que je ne veux pas avoir dans mon entourage. Et pas besoin d'être un ado mal dans sa peau pour voir tout en noir H24 !

      Supprimer
    2. Je limite également les négatifs autour de moi, tout en gardant quelques irréductibles malgré tout (enfin sur facebook). Le compliqué c'est lorsque c'est au niveau des proches, de la famille, là ça se corse. Du coup, l'infernale optimiste que je suis contre-balance le tout. Heureusement, que ce n'est pas tous les jours ! ça permet de récupérer des forces. (rires)

      Supprimer
    3. C'est sûr qu'on ne peut pas éviter toutes les personnes négatives, alors on tente de faire avec ;)

      Supprimer
  2. "Qui ne passe pas plusieurs minutes par jour les yeux vissés sur son téléphone à remonter les divers fils d'actualité ? "
    Réponse: MOI!!! ;-) Je ne sais même pas ce qu'est un fil d'actualité, alors...
    Mais je le vis TRES BIEN!!!...par contre, c'est clair, ça isole bcp...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi en écrivant ça. Je ne sais plus à quel sujet mais, au cours de ma vie bloguesque antérieure, tu m'avais dit que tu n'étais sur aucun réseau social. D'ailleurs, je me demande comment tu fais pour suivre l'actualité de ce blog 🤔
      Je pense effectivement que ne pas être sur les réseaux sociaux ça isole, pour la simple et bonne raison que dès que tu sors du troupeau, ça t'isole... mais c'est parfois cool d'être la petite brebis qui s'éloigne du troupeau 😉

      Supprimer
    2. J'ai mis ton blog dans mes favoris et je clique sur le lien de temps à autre: si tu as posté un article, je suis contente, sinon, je reviens plus tard...;-) pas de prise de tête!!!
      La petite brebis (c'est mignon!!) te souhaite un bon weekend!!! :-)

      Supprimer
    3. Tu es adorable, ça me touche beaucoup ❤️

      Supprimer

Envie de me laisser un petit mot ?